L'inscription pour la 10e édition du Sommet canadien du leadership en autisme est maintenant ouverte !Cliquez ici pour plus d'infos

Appel à participants : Étude sur le système judiciaire avec des adultes autistes au Canada

Nous sommes ravis d’annoncer le lancement de l’Étude sur le système judiciaire avec des adultes autistes au Canada, un projet en deux étapes qui examine les expériences et les perceptions qu’ont les personnes autistes du système de justice pénale. Ce projet vise à étudier les expériences et les perceptions qu’ont les personnes autistes du système de justice pénale afin d’articuler ses forces et ses défis actuels, de rédiger des recommandations de politique pour le gouvernement canadien, et d’identifier les domaines de recherche future. Les personnes autistes contribuent à la conception de l’étude, à sa diffusion et à ses résultats. La première étape du projet consiste en une enquête nationale et la seconde en une série de sessions avec un groupe de travail sur l’élaboration des politiques composé d’acteurs autistes de l’ensemble du Canada.

Le projet a été développé grâce à un partenariat entre la Dre Stephanie Ehret, criminologue critique et professeure adjointe à l’Université Trent, et l’Alliance canadienne de l’autisme. L’Alliance canadienne de l’autisme est principalement représentée par le Dr Mackenzie Salt, un chercheur en autisme autiste qui est également affilié à l’Université McMaster. L’enquête a été co-conçue par un petit groupe de personnes autistes et de chercheur·euses en autisme. Ce projet est financé en partie par le financement du Conseil de recherches en sciences humaines.

Les résultats de ce projet seront essentiels pour comprendre comment le système de justice pénale au Canada est vécu et perçu par les personnes autistes.

Dans le cadre de ce projet, nous irons à la rencontre des personnes autistes afin de recueillir leurs points de vue sur la justice pénale, à la fois par le biais d’une expérience directe et d’autres points de vue et/ou préoccupations. Le projet offre également aux participants la possibilité de partager leurs espoirs sur la manière dont les conversations et les mécanismes de la justice pénale peuvent être améliorés. Les expériences des personnes autistes avec le système de justice pénale font l’objet de peu de recherches et ce projet contribuera à combler cette lacune.