L'inscription pour la 10e édition du Sommet canadien du leadership en autisme est maintenant ouverte !Cliquez ici pour plus d'infos

Politique d’inclusion, de diversité et d’équité

L’inclusion, la diversité, l’équité et l’accessibilité (IDÉA) étant un sujet complexe, l’Alliance canadienne de l’autisme s’engage à apprendre au fur et à mesure de sa croissance. De plus, nous nous engageons à maximiser la diversité de notre organisation et à nous efforcer de construire un espace inclusif pour les personnes autistes.

Alors qu’une stratégie nationale sur l’autisme est en cours d’élaboration, l’Alliance canadienne de l’autisme s’efforce d’attirer l’attention sur les obstacles intersectionnels auxquels sont confrontées les personnes autistes et leurs familles au Canada. Nous appliquons une perspective intersectionnelle à notre travail, en nous engageant avec les Canadien·nes dans les sphères politiques et des services, les centres de recherche et les professionnel·les, les secteurs de l’éducation et de la santé, les secteurs de l’emploi et les communautés — aux niveaux fédéral, provincial, territorial et régional, afin de promouvoir la pleine inclusion sociale des personnes autistes et d’identifier les barrières, les préjugés et la discrimination qui empêchent une inclusion sociale significative. Bien que nous ayons mis en place un certain nombre d’initiatives qui touchent à la diversité au sein de la communauté autiste, nous croyons qu’il est nécessaire de renforcer notre pratique actuelle, qui consiste à assurer une culture systémique d’inclusion et de sensibilisation afin de faire participer les personnes et les communautés marginalisées qui ont traditionnellement été exclues de nombreuses activités dans le secteur de l’autisme. Il convient de noter que les dernières éditions du Sommet canadien du leadership en autisme ont fait l’objet d’une attention croissante en ce qui concerne les défis uniques que rencontrent les enfants et adultes autistes et leurs familles dans les communautés autochtones. Nous avons commencé à établir des relations de travail avec un certain nombre de Premières Nations partout au pays, leurs dirigeants et leurs membres. Il s’agit d’une activité en chantier, car nous cherchons des moyens de rendre le travail de l’Alliance canadienne de l’autisme plus accessible et pertinent pour les communautés autochtones, ainsi que pour les autres groupes sous-représentés d’un bout à l’autre du pays.